L'importance du diagnostic des supports

Adapté en neuf comme en rénovation, le granito LUCEM Stone impose un diagnostic des supports avant sa mise en oeuvre.

La nature des supports

La connaissance de la nature du support est encore une fois déterminante pour savoir si le revêtement est adapté mais aussi ensuite pour exécuter les travaux préparatoires nécessaires avant l’application du granito.

Les supports doivent être minéraux. Il peut également s'agir d'un ancien carrelage à partir du moment où il est adhérent.

Le peut s’appliquer sur plancher chauffant.

En neuf

Dans les constructions neuves le diagnostic est aisé et les supports sont en général préparés et dimensionnés pour recevoir ce type de revêtement.

En réhabilitation

Le granito est également fréquemment mis en œuvre dans le cadre d’une réhabilitation et souvent dans des commerces. Les locaux sont souvent situés au rez de chaussée d’immeubles anciens et il est bien rare qu’un diagnostic de ces supports sur le plan de la structure soit réalisé avant l’intervention. C’est très dommage car un revêtement adhérent subit les déformations de son support, provoquant des désordres de surfaces qui pourraient être évités. Il suffit, par exemple, de créer des joints de fractionnement sur les appuis intermédiaires d’un plancher béton construit au siècle dernier et forcément sous dimensionné en terme de charges d’exploitation. La mise en oeuvre d'un système de découplage pour diminuer les risques de mouvement en surface est également une bonne solution.

Il ne faut pas hésiter à purger les revêtements anciens et à rechercher les structures bétons d’origine, quitte à reconstruire une chape flottante, désolidarisée voire allégée pour recréer la surface d’appui adaptée.

Peu d’applicateur de ces revêtements décoratifs ont une culture en matière de travaux de structure et c’est souvent dommageable car les décorateurs ne sont pas toujours accompagnés par une maîtrise d’œuvre technique pour cadrer les projets.

N’hésitez pas à provoquer ce diagnostic technique.