Du sol industriel aux salons

Le béton ciré est devenu aujourd’hui une appellation générique qui englobe tous les systèmes qui aboutissent à un aspect final correspondant aux critères esthétiques d’un béton de masse surfacé.

Le béton ciré traditionnel

Le béton ciré traditionnel est à l’origine un dallage de masse incorporant un durcisseur de surface teinté sur lequel est appliquée une cire dès sa prise superficielle.

Ce type de sol n’est pas toujours adapté aux constructions modernes et très rarement en réhabilitation car il nécessite une réserve de sol minimum pour son exécution. C’est un sol fini et la difficulté à le protéger durant tous les travaux nécessite de le mettre en œuvre le plus tard possible dans l’avancement d’un chantier. De plus, il n’est pas très adapté en couverture de plancher chauffant car son manque de compacité par rapport à une chape anhydrite, par exemple, le rend moins performant à la diffusion de la chaleur. Il s’agit en revanche d’un revêtement très noble qui a la durabilité d’un dallage de masse.

Les mortiers décoratifs

L’aspect de surface moiré et nuancé obtenu sur ces revêtements a été imité par les mortiers décoratifs qui se déclinent encore en deux familles, les mortiers spatulables dont les bases sont en général les mortiers de cuvelage du génie civil et les mortiers autolissants coulés qui sont, quant à eux, dérivés des mortiers de ragréage.

Certains types de revêtement en résine (époxy ou polyuréthane) se situent encore à la frontière de cette appellation.

Les bétons cirés AD LUCEM : des mortiers techniques

Pour poser le projet sur des fondations techniques solides afin que le hasard ne soit pas présent dans la réalisation d’un chantier, AD LUCEM a choisi de proposer uniquement des mortiers décoratifs issus des mortiers techniques du bâtiment et du génie civil.

Le , version spatulée, et le mortier autolissant, version coulée, permettent ainsi de répondre à toutes les problématiques de vos chantiers et d’intervenir en neuf comme en rénovation.

Le mortier de lissage ferme et lisse la surface du spatulé et laisse apparaitre en transparence le travail des outils lors de la mise en œuvre. Sur le mortier autolissant coulé qui est déjà très lisse, il donne un léger moirage qui s’apparente à un dallage lissé à la taloche mécanique.


Réalisations